Logiciel de suivi énergétique

Newsletter :  

K-ingénierie

Accueil / Blog

Blog

Page 1 sur 1 : 1 

Le bâtiment du futur

Le bâtiment du futur permettra d’allier architecture et haute efficacité énergétique avec :

  • Un minimum d’impacts environnementaux (énergie grise)
  • Un fort manteau isolant avec une bonne étanchéité à l’air
  • Un maximum d’apport solaire en hiver
  • Une ventilation double flux très efficace et peu énergivore
  • Un confort d’été agréable avec des solutions de rafraîchissement  « 0 tonnes  de CO2 » comme l’adiabatique
  • Un chauffage basse température uniquement en période de grand froid
  • Une production d’eau chaude sanitaire Enr
  • Une régulation par pièce avec abaissement sur commande : « formation de l’utilisateur »
  • Des équipements électriques, électroniques et électroménagers très économes
  • Une intelligence énergétique : le logiciel de suivi énergétique.

 

Jean KOHLER
Gérant : K Ingénierie

 

Quelques réflexions personnelles pour la RT 2020

La RT 2012 est désormais applicable à tous les bâtiments neufs : c’est une véritable révolution énergétique suite au grenelle de l’environnement.

La RT 2012 est un moteur de calcul, un système, qui permet de comparer les bâtiments entre eux, sans prédire le fonctionnement futur du bâtiment.

Des améliorations devront être apportées pour la futur RT 2020 :

  • Un calcul de consommation réelle (et non conventionnelle, avec des hypothèses d’usage fixées par le CSTB), avec les DJU annuel du site,
  • Une insertion des bases réglementaires et d’exécutions des installations de CVC,
  • Une analyse énergétique et environnementale plus globale avec le comparatif de l’énergie grise par système.
  • Cette future RT 2020 devra éviter la création de bouteilles thermos.
  • Plus de bon sens, et rapprocher la théorie de la réalité.

 

Jean KOHLER
Gérant : K Ingénierie

 

Quelques réflexions personnelles sur la transition énergétique

La transition énergétique est notre révolution moderne : Bataille entre les lobbies des géants des énergies historiques et des énergies renouvelables.

L’avenir doit se préparer avec réflexion et une remise à niveau entre ambition politique et technicité, et cela sur le long terme.

Les référents énergétiques ont une dimension morale : être pragmatique (annonce de l’efficacité réelle et du vrai coût) et trouver les meilleurs compromis énergie/technique/financement.

Le débat sur le coût ne doit pas être un tabou. Utopie et sous-estimation des travaux entraînent des surcoûts supportés par les consommateurs : Soyez réaliste, c’est dur pour le porte-monnaie.

L’Allemagne gaspille beaucoup d’argent dans des installations sous-estimées. Elle a installé plus de photovoltaïque (en majorité provenant de chine) et d’éoliennes que de besoin, au point d’être exportatrice et d’être au bord de l’implosion du système électrique. Nous devons prendre du recul pour un bon contrôle « du juste besoin » afin de ne pas créer de l’énergie jetable. Attention au revirement.

Aujourd’hui, le marché du carbone destiné au départ à sanctionner les pollueurs, permet aux centrales à charbon (augmentation rejet de CO2 et de polluants) de fonctionner à plein régime et entraînent une augmentation des marges de production. Le monde marche sur la tête, au final on augmente les rejets de CO2 et les valeurs du titre de CO2 à 3€ au lieu de 30 à 70€ estimés lors de sa mise en place. Les titres sont trop bas, le mécanisme doit être réformé.

D’autres pistes, nous travaillons également sur la récupération des énergies résiduelles de nos industries !

 

Jean KOHLER
Gérant : K Ingénierie

 

Page 1 sur 1 :